L’APPEL DU STYLE : comment Frank + Oak m’a eu à l’usure avec quelques bonnes publicités bien placées

o-frank-and-oak-facebook

J’ai appris à aimer le marketing. Je ne vais pas mentir qu’il n’y a pas si longtemps, je trouvais que le domaine relevait pas mal plus du charlatanisme que des communications. Après quelques jobs qui m’ont forcé à m’y vautrer le nez, j’ai commencé apprécier la discipline. Plus j’embarquais dans des aventures entrepreneuriales, plus j’admirais les possibilités et j’ai commencé à remarquer toutes ses subtilités.

Un truc qui m’a particulièrement marqué c’était l’efficacité du marketing et surtout comment certaines entreprises excellent à exploiter ses outils au maximum. Mes préférés dans cette catégorie : Frank + Oak. D’abord, j’adore leur style, la coupe des vêtements et leur image de marque. Au-delà de ça, ils savent exactement comment attiré l’attention d’un sucker comme moi, même si je connais les règles du jeu.

M’attirer sans rien faire

Frank + Oak a finit par m’avoir à l’usure parce qu’ils savaient exactement où me rejoindre. Comme beaucoup d’autres, j’ai téléchargé leur application et j’ai créé mon compte dans l’espoir d’avoir assez d’argent pour m’acheter quelque chose chez eux. À ce moment, j’ai commencé à recevoir des emails de leur part. Ce n’était pas seulement des annonces de nouvelles collections, mais chaque envoie était accompagné d’un cadeau ; un rabais substantiel pour une période limitée. Très tentant, mais ce n’était pas encore assez pour me faire dépenser.

Puis, je me suis abonné à leurs comptes sur les médias sociaux : Facebook et Instagram principalement. Frank + Oak a compris là-dessus une autre règle importante du marketing contemporain ; toujours créer du contenu de qualité et ce de manière constante. Ceci, ils le font depuis le début et s’améliorent d’année en année. Pour chaque grande annonce, ouverture, ajout à leur offre, toujours du contenu qui m’attire et que je ne peux m’empêcher d’aimer. Ce n’est pas grand chose, un petit coup de pouce ou un cœur virtuel, mais pour eux, c’est un signe que je suis encore ouvert à leur marque et qu’ils peuvent investir un peu plus pour le coup de grâce. C’est ce qu’ils ont fait.

L’offre que je ne peux pas refuser

Peu de tempcapture-decran-2016-12-07-a-14-14-19s avant Noël, sur mon fil d’actualité, une publicité a commencé à apparaître. Rien de bien nouveau, rien de révolutionnaire, mais une exécution d’une efficacité magistrale. Une offre pour une paire de pantalons et une chemise pour 59$. C’est tout ! That’s it ! Je reconnais l’esthétique de la marque sur l’image, une ligne très courte et claire me dit que cette offre ne durera pas longtemps, le call-to-action m’invite à choisir ma chemise et mon pantalon et il y a le bouton acheter.

 

Comme contenu, en une heure n’importe quel bon designer aurait pu créer cela. Ce n’est rien de bien exceptionnel et pourtant, de tout le contenu sur la page, c’est ce qui a le plus attiré mon attention. J’ai cliqué par curiosité et boum ! J’étais séduit.

Leur landing page était simple mais très efficace. Trois premiers styles étaient proposés, chacun avec le nom d’une ville américaine (New-York, Chicago, Los Angeles). Intéressant, mais pas exactement mon style. Je descends et l’offre est bonifiée. Les trois premiers styles ne me plaisaient pas ? Aucun problème, je n’ai qu’à créer le mien à partir d’un choix d’une dizaine de pantalons et de chemises, tous avec des coupes et couleurs différentes, mais simples et disponibles dans toutes les tailles. J’ai commencé à jouer avec les choix, sans pourtant cliquer sur acheter. Ce n’est que parti remise.

La patience

Les jours passaient, et de temps en temps, dans le coin de la page, dans mon fil d’actualité, l’offre revenait, comme pour me hanter. C’est simple, puisque je passais du temps sur la page, pour l’algorithme de la publicité, l’impact était là, il ne manquait plus que je fléchisse. Dans certains cas, un landing page difficile à naviguée contrecarre tous les efforts de la campagne. Ce n’était pas le cas. J’ai résisté tellement longtemps, mais pour la première fois, j’avais au moins cliqué sur le lien de leur landing page.

Les jours et les semaines passaient. La publication restait la même. Même texte, même photo, même offre alléchante. Ils n’essaient pas de me vendre un produit, ils m’offrent un rabais extraordinaire pour accéder à leur collection. Je recliquais parfois sur le lien, pour essayer une variété de combinaisons. Puis, j’ai craqué. J’ai fait mon choix et j’ai cliqué sur le bouton acheter.

14417850217932-anigif_enhanced-10200-1394857513-12

Péripéties

Puis j’ai attendu le colis, sans rentrer dans les détails, le colis c’est perdu, ni la compagnie, ni la poste ne savait où il était rendu. Pourtant, je travaillais à quelques mètres de leur entrepôt. J’aurais du marcher et aller chercher mon colis moi-même. J’ai publié sur les médias sociaux ma déception. Quelques heures plus tard, une amie qui travaille pour leur service à la clientèle me contact. Elle me demande les informations sur ma commande et dit qu’elle va voir ce qu’elle peut faire. Quelques jours plus tard, elle m’envoie un message pour m’annoncer que le colis a été retrouvé et elle valide mes informations. Puis, je reçois un email : mon colis est en route. Dans la même journée, je le reçois. Joie !

La patience est une vertu

capture-decran-2017-01-28-a-13-34-55Du début à la fin, la compagnie ne m’a pas lâchée. Ils savaient que j’étais un lead potentiel et très sensible à leur offre et ils ont fait ce que tout bon vendeur doit faire. Sans s’imposer, sans me déplaire, reprendre contact avec moi, relancer l’offre jusqu’à ce que ma réponse soit définitive.

Alors que j’écris ce texte, une nouvelle offre s’affiche devant moi. Assez semblable, celle-ci a été expressément faite pour le nouvel an lunaire chinois. Encore une fois, l’offre apparaît dans mon fil d’actualité, tout aussi alléchante que la précédente et ils savent que je m’arrête pour la regarder et que je clique par curiosité. Puis peu de temps après, ils reviennent à la charge parce qu’ils savent que je suis un client potentiel, et qu’il ne leur faut que persévérer un peu plus avant que je fléchisse.

Rare sont les ventes qui se concluent à la première rencontre. En personne, le processus peut être extrêmement long, En ligne, les outils disponibles, pour le ciblage, le tracking et le remarketing facilitent la validation de leads. Frank + Oak a bien compris comment le jeu fonctionne et ce n’est pas étonnant qu’ils aient autant de succès et une aussi bonne réputation. Des marques semblables, on en trouve peu, mais quand on les trouve, même les plus difficiles et peu dépensiers comme moi ont de la difficulté à résister.

Bravo Frank + Oak, vous m’avez gagné.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s